Show simple item record

dc.contributor.authorSINI, Chérif
dc.date.accessioned2017-11-13T14:26:23Z
dc.date.available2017-11-13T14:26:23Z
dc.date.issued2017-09-01
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/123456789/136173
dc.description.abstractLa présente contribution est un compte rendu d’un ensemble d’observations issues d’enquêtes non systématiques entamées depuis 2003 sur les pratiques intrafamiliales des langues dans la région de Tizi-Ouzou. Ces enquêtes se poursuivent et concernent, en réalité, les mutations sociolinguistiques en cours impliquant l’ensemble de la vie en communauté régionale dans l’ensemble national. Après avoir situé les hypothèses à la base des enquêtes programmées pour apporter des éléments susceptibles de les confirmer, de les infirmer ou de les nuancer selon un cadre méthodologique précisant les points géographiques concernés par ces enquêtes, la contribution aborde le plurilinguisme intrafamilial à dominante kabyle, la fragilité du maintien des formes orales standardisées kabyles et la rupture dans la transmission des prénoms kabyles, essentiellement dans les familles nucléaires. En devenir, la famille nucléaire kabyle paraît constituer à la fois un enjeu et un des moteurs des mutations sociolinguistiques en cours dans la région de Tizi-Ouzou. Aux formes kabyles nonhomogènes que pratique le couple, dont les époux sont de plus en plus issus de familles sans lien de parenté et de villages ou petits centres urbains géographiquement éloignés les uns des autres, il convient de rajouter la pratique du français et de l’arabe en soutien scolaire aux enfants. Les enjeux, pour le kabyle, résident dans la négociation, au quotidien, de la forme kabyle de socialisation des enfants, gagnés par les expressions et les tournures d’adaptation en kabyle de dessins animés et de cinéma de divertissement que les retombées de l’enseignement public de cette langue prédisposent à un emploi noncontrôlé mais à qui la présence d’expressions en arabe, pour certains, et en français, pour d’autres, donne un caractère tantôt hybride et mixte, tantôt alterné. En plus de ce plurilinguisme, en plus de la tendance à abandonner les prénoms kabyles ou kabylisés au profit des prénoms berbères ressuscités ou occidentaux et orientaux, la nouvelle configuration familiale, loin d’atteindre encore une égalité réclamée ailleurs entre les deux sexes, redistribue ou invente les rôles et les règles de communication intrafamiliale qui font qu’en l’absence des grandsparents, et parfois d’arrières grands-parents, les enfants héritent de moins en moins de chants et autres berceuses traditionnels, d’énigmes et de devinettes, de contes et de morale des générations passées…fr_FR
dc.language.isofrfr_FR
dc.publisherUniversité des Frères Mentouri Constantinefr_FR
dc.subjectsladdfr_FR
dc.subjectSciences du Langage Analyse du Discours et Didactiquefr_FR
dc.subjectLa famille nucléaire kabylefr_FR
dc.subjectenjeu et moteurfr_FR
dc.subjectmutations sociolinguistiquesfr_FR
dc.subjectrégion de Tizi- Ouzoufr_FR
dc.titleLa famille nucléaire kabyle : enjeu et moteur des mutations sociolinguistiques en cours dans la région de Tizi- Ouzou ?fr_FR
dc.typeArticlefr_FR


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record